Les conseillers techniques

altLes conseillers techniques assurent l’étude et la synthèse des dossiers qui leur  sont confiés par le Ministre. De manière générale, ils assistent le Ministre dans l’étude de toutes les questions relevant de leurs compétences.

Les Conseillers Technique au nombre de trois (03) au maximum, sont  choisis en raison de leurs compétences et nommés par décret pris en Conseil des Ministres, sur proposition du Ministre.

Les Conseillers Techniques dépendent directement du Ministre et sont placés hors hiérarchie administrative.

Les inspecteurs techniques

L’Inspection Technique des Services est chargée du suivi-conseil  et du contrôle du fonctionnement des services et projets et de l’application de la politique et des programmes du département.

A ce titre, elle a pour missions :                          

-        de contrôler dans tous les services du Ministère, l’application des textes législatifs et règlementaires qui en régissent le fonctionnement administratif, financier et comptable ;

-        d’apprécier la qualité de la gestion des services, de vérifier l’utilisation des crédits publics et financements accordés par l’Etat Burkinabé et mis à leur disposition ;

-        de mener à l’attention du ministre toute investigation relative à la gestion administrative et financière des services et des structures sous tutelle et de proposer toutes mesures susceptibles de renforcer la qualité de leurs prestations ;

-        de veiller au suivi des rapports produits par les structures nationales de contrôle (Autorité Supérieure de Contrôle de l’Etat, Inspection Générale des Finances, etc.) ;

-        d’étudier les réclamations des administrés et des usagers des services et projets rattachés au département.

L’Inspection s’exerce à tout moment sur tous les services,  programmes et projets du département et sur toute matière, soit sur instruction du ministre, soit sur l’initiative de l’Inspecteur général.

L’Inspection Technique est dirigée par un Inspecteur Général  nommé par décret pris en Conseil des Ministres sur proposition du Ministre.

Il relève directement du ministre et est placé hors hiérarchie administrative. Il bénéficie des mêmes avantages accordés aux Conseillers Techniques.

Il est assisté d’Inspecteurs Techniques, au nombre de cinq (05) au maximum, ayant des compétences spécifiques. Ils sont nommés  par décret pris en Conseil des Ministres et bénéficient des mêmes avantages que les Directeurs Généraux de services.

Le ministreold

LE COLONEL DAVID KABRE

alt
Le Colonel David KABRE est arrivé à la tête du département des sports et des loisirs le 23 novembre 2014 dans le gouvernement de transition faisant suite à la crise sociopolitique qu’a connue le Burkina Faso en fin octobre 2014. Avant d’occuper ce poste, le 32ème  ministre des Sports et des Loisirs du Burkina Faso est un homme très bien connu du paysage sportif national et international. Outre sa formation professionnelle en jeunesse et sport, il a été pratiquant de plusieurs disciplines sportives dont le volley-ball où il a particulièrement excellé, avant d’occuper au fil des années, de hautes responsabilités au sein des structures civiles que militaires en tant que dirigeant sportif. Avec un physique bien à propos,  d’un tempérament posé, l’ancien volleyeur ne passe pas inaperçu. Pas donc besoin de se douter qu’il a été un athlète accompli dans le passé. C’est avec un profil bien rempli que ce grand acteur du sport burkinabè arrive à la tête d’un département qu’il connaissait bien avant sa nomination. Découvrons davantage le « nouvel homme fort » du sport et des loisirs du Pays des Hommes intègres qui fût également le porte-parole de l'Armée durant les premières semaines après le départ de Blaise Compaoré.
 
Natif de Tintilou (province du Kadiogo) le 07 décembre 1968, c’est à Tanghin-Dassouri que le Colonel KABRE David débute son cursus scolaire où il obtient le CEPE en 1980 avant de franchir brillamment les portes du Prytanée Militaire de Kadiogo (PMK) où il s’offre le BEPC en 1985. Il enchaine avec le Baccalauréat D au Lycée Bogodogo de Ouagadougou en 1988. Après une année académique à la faculté de médecine à l’université de Ouagadougou en 1989, il retourne valider son diplôme de chef section d’infanterie en 1991 à l’Académie Militaire Georges Namoano de Pô avant de mettre le cap sur la formation professionnelle en jeunesse et sport. 
 
C’est l’Institut national de la Jeunesse et des Sports (INJS) de Niamey au Niger qui l’accueille de 1993 à 1997, d’où il sort avec le Certificat d’aptitude au professorat en Education physique et sportive. Il s’attaquera plus tard, de 2001 à 2002, à l’inspectorat de la Jeunesse et des Sports à l’INJS d’Abidjan en Côte d’Ivoire, mais c’est à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar au Sénégal qu’il parachèvera son certificat d’aptitude aux fonctions d'inspecteur de l’Education populaire de la jeunesse et des sports.
 
Ce riche parcours scolaire, académique et professionnel lui permet d’occuper plusieurs grandes responsabilités au sein de l’armée nationale, dont celui de directeur central des sports des forces armées du Burkina Faso en 2012 cumulativement avec la présidence de l’Office de Liaison de l’Afrique de Organisation du Sport Militaire en Afrique (OLAO). 
 
C’est d’abord comme intérimaire du Directeur des Sports, des Arts et de la Culture des Forces armées qu’il se signale de 1992 à 1993. Il occupera ensuite les postes de chef de service sport au sein de cette direction de 1998 à 2005 dans un premier temps et de 2007 à 2008 dans un second temps, étapes entrecoupées par ses formations professionnelles mais surtout par des missions à l’extérieur. De 2005 à 2006, il est observateur militaire et officier d’Etat Major en République démocratique du Congo (RDC) pour le compte des Nations unies. De 2010 à 2011, il est nommé adjoint au chef des Opérations au Darfour au Soudan pour l’ONU et l’Union africaine.
 
En dehors de ses obligations professionnelles et familiales, le Colonel David Kabré s’est consacré aux structures dirigeantes du sport national et international. Président du Comité exécutif de l’Union Sportive des Forces Armées (USFA) depuis 2012, il est aussi le président en exercice de la zone 3 de la Confédération Africaine de Volley-ball (CAVB) depuis 2011.  Il a antérieurement occupé les postes de président de la Fédération Burkinabè de Volley-ball (FBVB) de 2008 à 2012 et est depuis 2009 le secrétaire général à l’organisation du Comité National Olympique et des Sports Burkinabè (CNOSB). Le football est également un domaine qu’il maîtrise bien où il est entraîneur de 1er degré depuis 1996. D’août 2007 à février 2008, il est  secrétaire adjoint aux affaires juridiques du Comité transitoire de la Fédération Burkinabè de Football (FBF) et premier vice président de la Ligue du Centre de football de 2000 à 2001. 
 
Le Ministre KABRE est laurier d’une douzaine de distinctions. Il est plusieurs fois, Chevalier de l’Ordre du mérite du sport au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, au Niger et du Conseil international du Sport militaire (CISM). Il détient également des médailles des Nations unies au Soudan, en RDC et d’une médaille d’honneur militaire au Burkina Faso.
 
Le Ministre des Sports et des Loisirs lit, parle et écrit en français, en anglais et en mooré. Il est marié et père de quatre enfants.